L’ORC rencontre les publics du Festival du Cinéma Italien (Nice / Espace Magnan)

Dans le cadre de notre partenariat avec les Journées du Cinéma Italien, nous avons souhaité encourager les publics du film La Paranza dei bambini – Piranhas (en compétition pour le prix du Jury Jeune, composé d’étudiants de la Section italien de l’UCA) à interroger leur pratique spectatorielle.

Plutôt qu’un exposé sur la recherche universitaire associée à l’Observatoire du Récit Criminel, nous leur avons proposé « d’expérimenter » une pratique amateur de la recherche scientifique, consistant à aiguiser leur regard, et ainsi s’attacher à la manière dont le récit filmique, par les images, par la construction de ses personnages raconte la violence.

Construire cette relation critique au film, qui apprécie, évalue, échange sur ce qui a été montré et vu a été initiée par l’apport d’éléments contextuels, que Claudio Giovannesi réalisateur et co-scénariste du film (avec Roberto Saviano) dévoilait lors d’une interview[1].

Nous nous sommes intéressés au processus d’écriture de Giovannesi, à son point de vue d’auteur, qui peut éclairer, nuancer, voire heurter nos pratiques de spectateurs.

Filmer des adolescents : « nos fils, nos frères », et non des camorristes, soutient un point de vue sentimental, qui met à distance le récit sur le pouvoir qu’est le roman original de Saviano.

Le processus d’écriture et d’adaptation s’engage, dans l’équilibre et les ruptures qu’il crée entre la réalité et la fiction ; l’aspect réaliste y côtoie le récit d’apprentissage : « l’apprentissage de ces jeunes qui deviennent criminels par jeu ».

La dynamique criminelle qu’analyse Saviano est traduite en images. Le traitement filmique de la violence impose, selon Giovannesi, la discrétion et doit éloigner tout pathos. Il ne s’agit pas de susciter une émotion chez le spectateur, mais de nuancer la manière de raconter le crime ou filmer la violence, en ajoutant des sentiments aux personnages, en racontant la perte de l’innocence. L’intention de l’auteur est de montrer qu’il ne peut y avoir d’issue…

L’empathie de Giovannesi pour ses personnages affirme un choix moral et politique.

Les publics ont ainsi été invités à laisser venir, à loisir, ces différents éléments vers le plaisir pris à découvrir l’histoire qui leur est racontée.

                                                                                                                                                                                                  Céline Masoni

 

[1]Rencontre avec le réalisateur Claudio Giovannesi, Wild Side, Bonus DVD, 2018.

 

 



Citer ce billet
ORC (2021, 23 octobre). L’ORC rencontre les publics du Festival du Cinéma Italien (Nice / Espace Magnan). ORC | Observatoire du Récit Criminel - Osservatorio del Racconto Criminale. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sjvj

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search